Route des vins

Le Pouilly-Fumé : un vin blanc d’exception.

Accueil »  Non classé »  Le Pouilly-Fumé : un vin blanc d’exception.

Le Pouilly-Fumé : un vin blanc d’exception.

Posted by , In Non classé, With Commentaires fermés sur Le Pouilly-Fumé : un vin blanc d’exception.

Le Pouilly-Fumé ou blanc fumé de Pouilly est un célèbre vin blanc sec et aromatique français, qui ne vous laissera pas indifférent. C’est un vin fruité, mais pas sucré (vous saurez que les deux notions ne sont pas identiques). À notre époque, il est élaboré uniquement à base de cépage de sauvignon blanc, mais cela n’a pas toujours été le cas puisque jusqu’au 19 e siècle, on trouvait du cépage chasselas (à cause d’une forte demande de raisin de table).

Origine géographique.

Le Pouilly-Fumé est originaire du Centre Loire dans la Nièvre. Beaucoup pensent qu’il s’agit d’un vin de Bourgogne, car ils le confondent souvent avec le Pouilly-Fuissé, fabriqué à base de Chardonnay. On le retrouve autour de Pouilly-sur-Loire dans la Nièvre et administrativement sur les communes de Tracy-sur-Loire, de Mesves-sur-Loire, de Saint-Andelain, de Garchy, de Saint-Martin-sur-Nohain et de Saint-Laurent-l’abbaye.
Depuis 1937, Pouilly-Fumé bénéficie d’un AOC (appellation d’origine contrôlée) et plus tard, d’un AOP européen (appellation d’origine protégée).

Pourquoi le Pouilly est-il « fumé »?

À maturité, les grains de raisin du sauvignon blanc sont recouverts d’une pruine de couleur fumée. C’est une fine pellicule cireuse, naturelle, légèrement poudreuse, qui confère un aspect givré ou poussiéreux au raisin. Une autre raison à cette dénomination viendrait du fait que le goût du vin, ou son bouquet, est reconnaissable entre tous, car il s’apparente à celui du fumet qui se dégage après le frottement de silex de pierres à fusil.

Histoire du Pouilly-Fumé.

Les premières traces écrites de ce très vieux vignoble remontent au 5 e siècle. Il y avait une voie romaine qui traversait des terres désignée « Pauliacum super fluvium ligerim » en latin. Traduisez « le domaine de Paul (Pauliacum) sur la Loire (fluvium ligerim).
Mais c’est surtout au Moyen-âge, grâce aux moines bénédictins de la Charité-sur-Loire, que le Pouilly-Fumé s’est développé de façon exponentielle. Ils ont racheté le fief de Pouilly à la fin du 11 e siècle. Il faut savoir que les ecclésiastiques préféraient boire du vin blanc pour la messe, et ne recherchant pas le profit, ils ont su améliorer les qualités du Pouilly-Fumé et les arômes de son bouquet.
Après la Révolution française, le domaine est passé des seigneurs et du clergé aux mains des paysans. À la fin du 19 e siècle, le vignoble de Pouilly fut ravagé par les maladies tels que le phylloxéra ou le mildiou, et le vignoble dû être arraché, puis replanté.

Le vin, c’est le terroir.

Le Pouilly-Fumé se développe sur un sol comprenant 4 types de terrain : argilo-siliceux, calcaire dur, argile à silex et marnes kimméridgiennes ou à petite huître (c’ est un argile gris foncé). Notez que le relief sur lequel pousse le cépage est vallonné.
Le climat régional est tempéré avec une tendance océanique dégradé voire un peu continentale.

Les arômes.

Le Pouilly-Fumé est un vin qui se boit jeune (avant 18 mois), mais certains millésimes font de très bons vins de garde. Dans sa jeunesse, ce vin blanc libère des arômes subtils de cassis et de buis, puis en vieillissant, à partir d’une dizaine de mois, il libère des notes florales, d’épices et de fumée.

L’accompagnement des plats.

Le Pouilly-Fumé se mariera à merveille avec des poissons, des crustacés, des coquillages, de la charcuterie fine, de la volaille, du fromage de chèvre.
Si vous êtes à la recherche d’un vin blanc sec, fruité mais non sucré, avec un léger fumet délicieux, le Pouilly-Fumé vous ravira, et vos convives s’en souviendront.

Comments are closed.