Route des vins

Connaître son degré d’alcool après une dégustation de vin

Accueil »  Non classé »  Connaître son degré d’alcool après une dégustation de vin

Connaître son degré d’alcool après une dégustation de vin

Posted by , In Non classé, With Commentaires fermés sur Connaître son degré d’alcool après une dégustation de vin

Généralement, après une dégustation de vin, il arrive que le taux d’alcoolémie grimpe. L’examen gustatif est la partie sensible lorsque l’on goûte le vin. Il convient de tester le sucré, le salé, l’amertume ou encore l’acidité du vin par la langue et de déceler les tanins par les gencives. Tout dépendra de la sensibilité de la bouche de tout un chacun, cela dit, une dégustation ne peut pas être prise à la légère. En effet, après un verre ou deux, il arrive que la tête tourne ! Le fait de recracher chaque gorgée ne suffit pas ! Une dégustation de vin ça s’apprécie et certaines personnes iront jusqu’à boire le verre afin de mieux savourer chaque appellation. Le danger ? L’ivresse bien évidemment.

Quelles sont les techniques pour savoir si vous avez trop bu ?

Il est recommandé dans un premier temps de compter le nombre de verres que vous aurez bu. En règle général, il faut une heure à l’organisme pour métaboliser une portion de vin et il faut compter 30 minutes de plus pour une option d’alcool après 3 verres. Aussi, il vous faudra patienter une heure pour dessouler après chaque verre et 30 minutes en plus si vous en avez bu plus de trois.

Il existe aussi des calculateurs en ligne sur lesquels, vous rentrerez la quantité de vin ingurgitée, votre poids et le laps de temps pendant lequel vous avez bu. Une estimation du taux d’alcool dans le sang sera donnée. Vous saurez ainsi si vous devez conduire ou non.

La dernière option est d’utiliser un éthylotest ou un alcootest. C’est un petit appareil qui vous permettra de savoir avec précision votre taux d’alcoolémie. Vous pouvez en acheter en ligne chez www.wizza.fr/ethylotest/ ou en pharmacie.

L’alcootest est la solution la plus sûre et la plus pratique. L’alcootest peut être fait de manière volontaire afin de vouloir gérer son taux d’alcoolémie. En France, depuis le mois de mars 2012, chaque voiture doit en disposer d’un. Les forces de l’ordre peuvent aussi contraindre le conducteur de vérifier son taux d’alcoolémie.

Comment se fait la lecture d’un alcootest ?

Afin de pouvoir mesurer votre taux d’alcoolémie maximale, il vous faudra patienter une heure après avoir bu le dernier verre de vin. Avant de souffler dans le ballon, il faut s’assurer tout d’abord que la date de péremption ne soit pas dépassée. Ensuite, vous devez briser les bouts en plastique du tube ou faire une pression là-dessus. Les cristaux blancs ne sont pas utiles, il faut les enlever. Remplissez ensuite votre poumon d’air et gonflez le ballon en une seule fois.

Remettez l’embout en plastique dans le trou et dégonflez votre ballon. Il y a aussi l’alcootest électronique qui octroie de multiples usages à condition qu’il soit bien contrôlé. Différemment de l’alcootest chimique, il donne une indication chiffrée du taux d’alcool dans le sang de la personne testée. Ses capteurs électrochimiques permettent de mesurer le taux d’alcool dans le sang.

Les avantages de l’alcootest

L’alcootest permet de démontrer avec précision si une personne peut conduire ou non après avoir effectué une dégustation de vin. Pour l’alcootest chimique, si les cristaux dans le tube sont jaunes, alors le test est négatif et vous pouvez conduire sans crainte. Si les cristaux changent de couleur et deviennent verts, le taux d’alcoolémie est supérieur à la normale et il ne faut pas conduire. En France, il ne faut pas conduire avec un taux de plus de 0.5 g/l ou 0.25 mg d’alcool par litre expiré.

Comments are closed.